A propos de l'auteur feutreries

Nathalie BANOS
Site Web : http://www.nathaliebanos.com
Pays : France
Ville : URMATT
Code Postal : 67280

 

Quelques mots sur moi



NATHALIE BANOS
Créatrice d’impressions
[Impression] : empreinte, marque laissée

A l’origine de mon travail, une technique ancestrale : le feutre.
Partant de simples fibres de laine, d’eau et de savon, avec pour seul outil indispensable, mes mains, je crée un feutre organique, vivant..
Toujours unique. Intemporel et fragile.

Au fil du temps, j’amorce en parallèle un travail d’images, comme une prise d’empreintes, photographiant en macro
ce qui nourrit mon travail : bout d’écorces, petites mousses accrochées aux pierres, lichens et fleurs, pans de murs patinés
par le temps, oxydation des métaux, pétales fanées ainsi que mes feutres et autres matières textiles.
Mes carnets de voyages intérieurs.

Peu à peu mon approche s’est transformée, bonifiée, par l’intégration de techniques innovantes au processus de création
( photos numériques, traitement graphique informatisé, impressions numériques …et captures d’empreintes végétales).
mon travail s’écrit au temps présent, dans une modernité alliant technique ancestrales et contemporaines,
Passerelles et chemins de traverse

Il s’ articule autour de deux axes majeurs :
• La création de motifs via la CAO destinés à la décoration d’intérieur (tentures, coussins, chemins de table, vide-poches…
etc) édités en petites séries (impressions numériques) et pièces uniques, sous la marque BleuLichen.
Ces motifs sont également déclinés en papeterie, BleuLichen papeterie.
• Une production de pièces uniques mêlent feutre, impressions textiles, captures d’empreintes et broderies machine

Un troisième axe secondaire et en même temps essentiel, les collaborations…..
Ainsi, tout ce qui me nourrit, me porte et me fait rêver se retrouve là.
J’entremêle les photos et les bouts de laine, les plantes de mes cueillettes et les soies,
le lichen et la rouille, les belles rencontres humaines et la mixité des techniques, les matières avec mes rêves,
dans la solitude de mon atelier.